Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Articles politiques et de sociétés

Le blog de Meric-Cadourel

Articles politiques et de sociétés

Et maintenant, après ces moments d’Union nationale que faire ?

com
Et maintenant, après ces moments d’Union nationale que faire ?Et maintenant, après ces moments d’Union nationale que faire ?
Et maintenant, après ces moments d’Union nationale que faire ?
Et maintenant, après ces moments d’Union nationale que faire ?Et maintenant, après ces moments d’Union nationale que faire ?Et maintenant, après ces moments d’Union nationale que faire ?

Et dire que le « parti des défaitistes » avant ce 11 janvier considérait que la France était dans un total déclin, qu’elle avait perdu ses repères et ses valeurs, que son métissage avait fini par lui ravir son identité, corrompu jusqu’à l’os son ADN europoïde orchestrant ainsi la mort de son atavisme national.

N’en déplaise à tous ces oiseaux de mauvais augures (ils se reconnaitront) les Français, de souche et de cœur, ont montré au monde qu’ils étaient encore les dignes enfants du siècle des lumières, que les idées de Voltaire étaient bien vivantes dans leur âme et conscience et qu’ils n’avaient pas peur des barbares qui ont pour seul objectif d’atomiser nos équilibres et faire que la peur et la haine réaniment dans nos cœurs éprouvés nos instincts les plus vils.

Dans mon dernier article (Homophobie, quand tu nous tiens !), j’exhortais les Français à agir pour combattre l’ostracisme et j’étais loin d’imaginer que peu de temps après plus de 3,5 millions de Français descendraient dans la rue pour défendre nos valeurs républicaines en soutenant, sans aucune concession, la liberté d’expression.

Bien sûr, spontanément, j’ai adhéré à ce fameux hashtag « Je suis Charlie » qui en quelques heures est devenu dans le monde le porte drapeau de la liberté et des valeurs humanistes alors que je n’étais pas, comme la plupart d’entre nous, un lecteur de Charlie hebdo. Je suis donc « Charlie » pour le symbole qu’il représente mais je suis aussi : — « Fier d’être Français ! » Fier d’appartenir corps et âme à cette grande nation dont les fondations ont été posées le 25 juin 841 à la bataille de Fontenoy-en-Puisaye qui opposait Charles le Chauve et Louis le Germanique contre leur frère ainé Lothaire tout trois petits fils de Charlemagne .

Après ce rassemblement historique, nous ne pouvons plus douter de nous même. La France dimanche dernier a montré qu’elle pouvait être encore un phare, un exemple de démocratie pour les peuples qui en sont si injustement privés. Pour moi désormais, il y aura un avant et un après 11 janvier et plus rien ne sera pareil !

Alors que tout semblait nous diviser, que la haine s’érigeait en porte-voix d’une possible insurrection, nous avons su nous retrouver.

Cet élan patriotique ne doit pas rester sans lendemain ! Il doit être le fondateur d’une France qui désormais peut vivre en paix dans ses différences et ainsi être le précurseur d’une intégration totale et indivisible des composantes de sa diversité. Je n’aurais jamais cru possible que des femmes de confession musulmane portent un foulard tricolore et disent tout haut leur attachement aux valeurs de la République et condamnent publiquement le terrorisme. Mon Dieu, que j’étais sot de croire que les fondamentaux de la République étaient tous honnis de ces foyers.

François Hollande a prouvé qu’il était le Président de tous les Français. A mon sens, il a su trouver les mots justes pour leur parler et les consoler assumant parfaitement son rôle de Premier des Français. Aussi, son habileté à gérer les seuils critiques nous a démontré qu’il était l’Homme de la situation.

Lui aussi doit comprendre qu’il y aura dorénavant un après 11 janvier, que le peuple n’est pas un troupeau de mouton que l’on emmène à l’abattoir sans qu’il réagisse, qu’il sait dire NON et qu’il n’est pas aussi sot qu’il en a l’air !

Vous devez donc saisir Monsieur le Président l’écho historique du message que les Français vous ont adressé. Entendons-nous bien, celui-ci n’est pas un satisfécit donné à votre mandat mais bien l’ordre souverain du peuple Français de vous voir agir pour la sauvegarde de nos libertés contre des factions réactionnaires et un monde hostile à nos idées démocratiques et libertaires.

Le peuple Français unis derrière vous veut vous voir être le champion de la liberté auprès des Nations Unis mais aussi au sein de la communauté Européenne où il est grand temps de dire fermement à certains « égarés » que la liberté à un prix et qu’ils doivent coopérer à la défense commune de nos territoires sans opposer de réflexes égoïstes visant à ménager leurs seuls intérêts.

Pourquoi la France est-elle le seul pays Européen à combattre physiquement le terrorisme en Afrique alors que cette menace concerne l’Europe des 28 ? Pourquoi une armée « confédérée » n’a t-elle pas été créée ? Pourquoi n’existe-il pas un Etat Major militaire Européen qui serait l’égal des américains dans la gestion des conflits ? Pourquoi les services de renseignements de chaque pays de l’Union ne sont-ils pas interdépendants face au terrorisme ? Vous avez là, Monsieur le Président, force de propositions auprès du parlement Européen pour améliorer la sécurité des citoyens Européens sans pour autant porter atteinte aux libertés individuelles en ayant par exemple, comme tentation, d’instaurer sur notre sol un « Patriot Act » à la française…

Ces terribles évènements nous ont fait comprendre qu’il n’y a pas pour l’instant de risque de fracture sociologique dans notre pays et j’en suis heureux. Cependant, ils nous ont fait découvrir, avec effroi, que les raids militaires que nous menons en Afrique à la demande des pays agressés par « Daesh » peuvent avoir des conséquences dramatiques pour notre pays et, le plus triste, a été d’apprendre que des Français fanatiques sont les auteurs de ces crimes abominables.

A la télévision, sur les ondes radiophoniques, j’entends des experts, des commentateurs s’exprimer sur le pourquoi et le comment de cette réalité. Comment des enfants de la République peuvent se laisser piéger dans l’enfer de thèses fanatiques visant à exterminer son prochain au nom d’un idéal, d’une religion. Qu’elles manipulations mentales ont-ils dus subir de la part de leurs recruteurs ? Qu’avons nous loupé dans les écoles de la République pour engendrer de tels montres ou de tels désespérés ?

Les médias nous expliquent le plus simplement du monde que ces jeunes ont été recrutés par des réseaux djihadistes sur Internet. Mais pour être repéré comme cible potentielle fallait-il encore qu’il fasse le premier pas. Comment les parents, les enseignants, les amis, la famille ne se sont rendus compte de rien ? Souvent ces jeunes ont un casier judiciaire bien fourni qui aurait pu laisser présager une fragilité et sympathie pour l’extrémisme. Qu’ont décelé les juges au cours de leurs interrogatoires chez ces individus ? Et dans ce cas, ont-ils alerté les services sociaux ou juridiques compétents ?

Il me semble qu’au travers de ces questions pourtant bien basiques des responsabilités évidentes sont à rechercher ! Pouvions-nous sauver ces jeunes pour nous éviter les calamités que nous venons de vivre ou celles qui reste à venir ? D’ailleurs, connaissons-nous en haut lieu le nombre de djihadistes apprentis ou confirmés sur notre sol ? Que disent à ce sujet les services de renseignements ? Existe t-il une liste exhaustive de djihadistes ? La police est-elle maintenant en mesure de les appréhender avant qu’ils ne commettent d’autres actes criminels ?

Il est impératif que l’Assemblée Nationale charge une commission d’enquête dans les plus brefs délais pour que toute la lumière soit faite sur les négligences avérées des services de renseignements et que celle-ci informe, en toute objectivité, la Nation sur les risques réels que nous encourrons. Nous avons le droit de savoir à quoi nous sommes exposés et de quoi nous devons nous protéger. Le peuple de France a démontré ce 11 janvier qu’il était réfléchi, mature, et civilisé et qu’il entend aussi faire usage de son droit souverain en disant massivement NON à ceux qui veulent détruire par la force et la brutalité notre idéal laïque et républicain.

Revenons aux recrutements des apprentis djihadistes sur notre territoire, il me semble un peu trop facile d’obtenir un passeport pour la Syrie surtout pour des mineurs. Alors trêve de mystification qui tire les ficelles de ces conversions à l’Islam radical ? Y a t-il en France des Mollahs ou des Imans qui prêchent en toute impunité des propos antisémites, de haine, et d’appels au djihad ? Y a t-il en France des mosquées jugées radicales, hostiles à l’occident ? Y a t-il des soupçons sur des activistes religieux étrangers ? Les frères musulmans ont-ils en France ou en Europe un réseau puissant qui permet d’être un relais de fraternité, économique et logistique pour les terroristes ?

Ne soyons pas naïf ! Je crois fermement qu’il existe sur notre sol des filières actives de recrutement de nos jeunes dans certaines mosquées où leur est enseigné l’endoctrinement qui les fait basculer. Et cela, il faut l’éradiquer définitivement en usant de tout notre arsenal juridique et humain!

Les mêmes mesures exceptionnelles doivent être prises dans les prisons où nous savons pertinemment que les jeunes délinquants sont recrutés sous la barbe des autorités pénitentiaires par des « caïds religieux » qui finissent de radicaliser les plus fragiles lesquels ensuite vont renforcer pour mourir en martyr les rangs de Daesh ou d’Al qaida.

Le droit républicain doit de nouveau sévir dans les banlieues. Il est intolérable que ces cités soient devenues des zones de non droit où les lois républicaines n’ont plus leur place. Nous savons que le commerce de la drogue et des armes provient principalement de ces lieux d’impunités où règne la loi de la charia et des caïds. Les réseaux doivent êtres démantelés définitivement et leurs auteurs sévèrement punis. Pourquoi le gouvernement actuel et les gouvernements précédents n’ont-ils rien fait ? Pourtant la majorité des gens qui habitent ces endroits se plaignent de l’insécurité et des violences dont ils sont les victimes au quotidien ! Les pompiers, les médecins, les taxis et même la police ne peuvent ou ne veulent plus se rendre dans ces lieux de peur de se voir agressés par des bandes organisées.

Comme l’évoque Mohamed Metalsi, directeur des actions culturelles de l'Institut du monde arabe toutes les familles musulmanes doivent se remettre en cause. Pauvres ou riches, elles doivent enseigner à leurs enfants dès leur plus jeune âge, le sens des valeurs la tolérance, l’anti racisme, la liberté d’expression, l’ouverture de la religion, la laïcité, la citoyenneté française pour ne pas les voir partir vers l’irrémédiable…

Voir la vidéo: http://www.lepoint.fr/societe/islam-radical-la-france-doit-s-interroger-sur-ses mosquees-14-01-2015-1896357_23.php

Encore, nos gouvernements ne doivent-ils pas avoir le courage de s ‘en prendre aux pays qui financent l’Islam radical ? Il est de notoriété publique que l’Arabie Saoudite et le Qatar sont les principaux pourvoyeurs de fonds des organisations islamistes. La diplomatie occidentale ne pourrait-elle pas agir pour obliger ces pays à stopper leurs financements ? En mesure de rétorsion ne pouvons-nous pas établir un embargo contre ses deux pays et geler tous leurs avoirs en occident ? Pourquoi l’occident reste t’il statique à leur égard ? Y a t-il des raisons géopolitiques ou économiques qui nous interdisent d’agir ? Y a t-il un chef d’état en Europe qui peut expliquer aux profanes que nous sommes les raisons d’une telle absurdité car il est évident que si l’argent faisait défaut à Daesh, Al qaida et autres courants fanatiques ne seraient que des groupuscules mineurs et non les organisations tentaculaires que l’on connaît. Le manichéisme capitaliste et Américain ne sont-ils pas à l’origine de nos maux ?

Dans notre optimisme ambiant, ne faisons pas preuve non plus d’angélisme en pensant que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». 21.000 tweets venant de portables français ont salué les assassinats des frères Kouachi. Au Pakistan, au Yémen, en Lybie, en Algérie et dans bien d’autres pays des feux d’artifices ont été tirés à la gloire de nos bourreaux et fêtent joyeusement la mort de nos suppliciés. En France, de tristes individus font l’apologie du terrorisme. Le terme de « guerre » prononcé par Manuel Vals était sans équivoque même si sa sémantique a été plus tard corrigée le mot « guerre » a bien été lâché. Et c’est effectivement d’une guerre sourde contre le terrorisme dont il s’agit. D’une guerre où l’ennemi est invisible et frappe lâchement au moment où l’on s’y attend le moins. Si l’Etat a des devoirs pour assurer notre protection chaque Français doit, à sa juste mesure, contribuer au combat contre le terrorisme en rapportant à la police ou en mairie des faits dont il serait le témoin et qui pourraient identifier un sympathisant, une cellule pour ainsi déjouer un attentat. Il est difficile pour moi d’écrire ces mots car je suis viscéralement contre toute forme de délation mais dans le cas présent, sans sombrer dans une paranoïa virale, il nous faut rester vigilants et aider les forces de police qui n’hésitent pas, le cas échéant, à mettre leur vie en danger pour nous protéger et nous sauver.

Je suis heureux que la communauté musulmane rassemblée autour de notre bannière Républicaine compatisse sincèrement au deuil de la Nation tout en affirmant que les moudjahidines de Daesh sont une offense à l’Islam.

Mais je me pose une question ! Ne serait-il pas venu le temps pour eux de se réformer et de créer une instance supérieure de l’islam modéré en France ? Un seul sage qui ferait autorité sur l’enseignement universel du coran et sur ses ministres. Un seul collège de recteurs qui ordonnerait les Imans après qu’ils aient suivis un enseignement théologique propice à leur sacerdoce. Ainsi, plus aucun fondamentaliste ou profane en France ne pourrait dévoyer au profit de leur thèse maléfique l’interprétation du Coran. Si cette idée venait un jour à éclore, l’Islam de France deviendrait à coup sûr le phare du monde musulman. Malheureusement, de nos jours, chaque mosquée prône son Islam…

Enfin, je voudrais terminer ce billet par un message d’espoir en vous faisant part d’un écrit de Voltaire qui pourrait nourrir votre réflexion :

« Il n’y a point de religion dans laquelle on n’ait recommandé l’aumône. La mahométane est la seule qui en ait fait un précepte légal, positif, indispensable. L’Alcoran [le Coran] ordonne de donner deux et demi pour cent de son revenu, soit en argent, soit en denrées. La prohibition de tous les jeux de hasard est peut-être la seule loi dont on ne peut trouver d’exemple dans aucune religion. Toutes ces lois qui, à la polygamie près, sont si austères, et sa doctrine qui est si simple, attirèrent bientôt à la religion, le respect et la confiance. Le dogme surtout de l’unité d’un Dieu présenté sans mystère, et proportionné à l’intelligence humaine, rangea sous sa loi une foule de nations et, jusqu’à des nègres dans l’Afrique, et à des insulaires dans l’Océan indien. Le peu que je viens de dire dément bien tout ce que nos historiens, nos déclamateurs et nos préjugés nous disent : mais la vérité doit les combattre.» (Extrait de lettre de Voltaire écrite en 1770)

Vive la France éternelle, Vive la Laïcité, Vive la République.

Gérard Méric-Cadourel

meric-cadourel.over-blog.com/ (@Mericcadourel) | Twitter

Print
Repost

Commenter cet article