Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Articles politiques et de sociétés

Le blog de Meric-Cadourel

Articles politiques et de sociétés

Comment convaincre les Français d’aller voter dimanche prochain aux Primaires de la Droite ?

com
Comment convaincre les Français d’aller voter dimanche prochain aux Primaires de la Droite ?
Comment convaincre les Français d’aller voter dimanche prochain aux Primaires de la Droite ?Comment convaincre les Français d’aller voter dimanche prochain aux Primaires de la Droite ?

Jeudi soir, comme beaucoup de Français, j’ai regardé le duel qui opposait les différents concurrents et j’avoue qu’alors que j’attendais que l’un d’entre eux se démarque par des propos vraiment convaincants, leurs joutes oratoires  m’ont paru bien molles et un peu convenues surtout lorsque David PUJADAS leur a proposé de critiquer le programme de l’un ou de l’autre. Tant pis pour le spectacle, les escarmouches furent brèves et ont seulement porté sur le nombre de fonctionnaires qu’il fallait ou pas renouveler. Là, oh stupéfaction, j’ai appris qu’il fallait tout simplement les faire travailler 39 heures au lieu de 35 heures et que le tour était joué. Comme quoi, il n’est pas nécessaire de  se prendre la tête pour solutionner  les grandes équations  de nos dépenses publiques…

Bien sûr, Nicolas SARKOZY s’est très sérieusement emparé de cette lumineuse idée en ajoutant qu’il fallait  payer l’intégralité des heures travaillées comme si cela ne relevait pas d’une lapalissade.

J’attendais des participants qu’ils nous démontrent leur détermination farouche à nous convaincre, par leur programme et leur originalité, de leur engagement à nous sortir du marasme économique et social dans lequel Droite et Gauche nous ont cyniquement enlisés depuis ces trente dernières années.  Tous les candidats présents ont eu une responsabilité gouvernementale (sauf M. le député POISSON) et, pas un,  ne s’est jugé personnellement responsable de l’état dans lequel se trouve notre pays. A les écouter, ils ont fait du mieux qu’ils pouvaient sous l’autorité du Chef suprême (suivez mon regard) qu’ils ont, pourtant, en catimini, l’outrecuidance de brocarder alors qu’ils lui doivent tant. Ah, s’il pouvait dire tout haut sa pensée :  « Tous des traitres et des ingrats » . (Dire que ces mêmes personnages osent donner leurs avis sur l’hypothétique opportunisme et la loyauté d’Emmanuel MACRON… )

A la question de Monsieur PUJADAS sur la remise de fonds Libyens lors de la dernière campagne présidentielle, la réponse du « nouveau Sphinx » fut à la mesure de l’outrage qu’il venait de subir.  « Le malheureux », sur un ton indigné, a déclaré : — « Vous n’avez pas honte de poser cette question sur une chaine du service public ! »   (Avez-vous remarqué les petits sourires satisfaits de chacun de ses adversaires ?) .

Bon,  je prends acte que si une chaine nationale n’a plus l’usage de la liberté d’expression  j’en déduis tout de même que cette question reste possible sur les chaines et les radios privées ?  Mais qu’attendez-vous messieurs les journalistes pour la lui reposer séance tenante ?  Dans mes supputations (j’adore rêver), le patron de TF1 vient de censurer la question !  BFM  aussi !  LCI  laissez tomber c’est mort ! Les radios alors ? Même chez JJB allias  le « sulfureux » on ne se bouscule pas …  Alors qui ? Fun radio, Radio Nova peut être…  

Tiens soyons fous, j’ai une idée !  Faute d’un concept d’envergure pour sauver la France, je propose le mea culpa de chacun des participants.  Voilà ce que j’appelle une véritable innovation des plus salutaires pour la morale publique. Le candidat qui serait sorti du lot par son franc parlé, un réel repenti, son honnêteté et son humanité aurait à coup sûr regagné sa « virginité »  et, d’un statut d’homme au passé trouble, il deviendrait l’homme humble et honnête qui reconnaît ses erreurs et, qui fort de son vécu, met ses compétences au service des Français.  J’aurais salué le courage d’un tel candidat et il aurait gagné ma voix.  Voilà, je délire encore, pardon pour mon brin de folie; permettez-moi de revenir à la triste réalité.

Selon moi, Bruno LE MAIRE est passé à coté de son destin. Dommage, il aurait pu incarner les forces progressistes d’une droite décomplexée si chère à COPPE : être droit dans ses bottes pour nous exprimer sa vision de la France de demain. Nous rassurer sur nos fondamentaux au lieu de critiquer tout azimut nos acquis.

Pourtant, l’homme, dans son costume bien taillé, porte beau. Il a la belle quarantaine et la jeunesse justement  pouvait s’identifier à lui.  Mais son discours sonne creux, tourne en rond, alors qu’il entend lui donner  une envergure digne de celle d’un homme d’Etat.

Seule NKM avec passion et clairvoyance a réussi, selon moi, son pari. La fraicheur de son discours, son discernement, sa vision globale de l’écologie et des nouvelles technologies m’ont fait comprendre qu’elle était à la hauteur des enjeux. Mais voilà, elle ne sera pas élue.

Reste les trois mastodontes du parti (désolé « les éléphants » c’est déjà pris) qui, si l’on en croit les sondages, demeurent en lice pour conduire la droite aux portes de l’Elysées.  A quelques exceptions près, leurs programmes sont très ressemblants, nous l’avons bien compris, ils se donnent tous pour mission de relever la France.

Deux d’entre eux ont eu le loisir pendant cinq ans d’appliquer le remède de cheval qu’ils se proposent d’administrer maintenant au pays.  Certes, le Premier Ministre, complètement muselé par les velléités hégémoniques de son Président n’a pas pu, j’en conviens, gouverner comme il aurait du. Mais alors, pourquoi n’a t-il pas démissionné ? Pourquoi a t-il subi sans broncher les vexations et les mises à l’écart perpétuelles. La fonction même vidée de tout contenu est-elle à se point jouissive pour mettre sous clés son honneur et sa dignité ?  Qu’adviendra t-il demain de son premier ministre si cet homme devient le Chef de l’Etat ?

Nous ne voulons plus d’un Président omnipotent qui fait tout et n’importe quoi !  La France a besoin d’un Président respectueux des institutions et un Premier Ministre doit gouverner  avec sa majorité et non le contraire.  Le chef de l’Etat fixe le cap et son Premier Ministre fait le boulot. 

Ce manquement grave à l’esprit de la 5ème république a été, je pense, l’une des premières causes de la dévalorisation de la fonction Présidentielle.

Concernant l’Ex-Président SARKOZY, je m’étonne encore qu’il soit candidat.  Mais, il ne faut pas sous estimer l’homme à qui il faut bien reconnaître une énergie débordante et un certain courage …  Il est fort à craindre que la majorité des adhérents du parti « Les Républicains » voteront pour lui et que si les centristes de droite comme de gauche ne se mêlent pas de cette élection il est plus que probable de le voir au second tour investi par son parti.

Je ne reviendrais pas sur son quinquennat lamentable, ses frasques à répétition qui ont avili la fonction présidentielle et sur son despotisme à l’égard des Français.

Si les adhérents de son parti souhaitent son retour, une grande majorité des Français, elle,  n’en veut plus !

Alors pour qui voter ?  Si nous ne voulons pas du retour de l’Ex-Président, le seul choix possible pour lui faire barrage est de voter pour celui qui le tient d’une courte tête dans les sondages.

Alain JUPPE a, je crois, la carrure pour endosser la fonction  et assez de fermeté pour faire entendre la voix de la France dans le monde. De plus, sa promesse de ne faire qu’un quinquennat est rassurante car durant ce mandat unique il pourra tenir son programme sans crainte pour sa réélection. 

A BORDEAUX, ses administrés félicitent leur Maire et lui sont reconnaissants de la renaissance de leur ville ou règne le vivre ensemble.

Durant cette période électorale, tout le monde parle beaucoup de social, d’économie , de l’Europe , de la globalisation mais trop peu de la fracture sociale qui oppose dangereusement les Français . 

Alain JUPPE et le seul candidat qui parle d’une « France heureuse » - ce que raille malheureusement ses concurrents à la Primaire.

Pourtant, la Concorde nationale est le  plus grand défi que doit réussir le prochain Président. Cet enjeux est crucial pour l’avenir de notre société qui, sinon, implosera et ainsi les « vautours » pourront se repaître à satiété du sang qui coulera…

Françaises, Français, même si nous ne sommes pas du même bord politique, nous avons la chance historique de pouvoir choisir le candidat le plus fiable et le plus vertueux pour s’opposer à Marine LE PEN et en finir avec le gâchis de la gauche.  

Alors dimanche, n’hésitez pas à  Aller voter !

Gérard Méric-Cadourel

 

Print
Repost

Commenter cet article