Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Articles politiques et de sociétés

Le blog de Meric-Cadourel

Articles politiques et de sociétés

Saurons-nous être au rendez-vous de l’Histoire ?

com

Je ne perdrais pas mon temps à  vous expliquer pourquoi François Fillon a obtenu un suffrage aussi démentiel dimanche dernier ; je préfère  laisser cela aux imminents spécialistes (journalistes, sondeurs et politiques) qui avec le talent qu’on leur connaît analyseront avec « sagesse »  les résultats de ce premier tour des primaires de la droite et du centre. Je m’incline donc devant les chiffres et j’attends avec impatience les résultats du second tour. Cependant, avant de vivre la frénésie de la victoire de l’un ou de l’autre, il nous reste quelques jours pour éclairer les électeurs encore indécis et c’est modestement ce que je me propose de faire.

Dès le lendemain du premier tour vous avez tous constaté que le ton est monté entre les deux candidats et qu’ils se renvoient à la face leurs mutuelles acrimonies. A première vue, je vois que François Fillon n’apprécie pas du tout qu’Alain Juppé vienne critiquer son programme et recadrer certaines rumeurs que ses frères Fillonistes et Sarkozistes ont, avec malice et perfidie, propagées auprès des adhérents du parti et de l’opinion. Depuis, bons nombres de militants ou de sympathisants sont persuadés qu’Alain Juppé a financé une grande mosquée et favorisé le salafisme à Bordeaux.  Il faut reconnaître que l’on ne pouvait pas mieux inventer en matière de calomnies pour le disqualifier auprès d’électeurs catholiques traditionnalistes pour qui Vatican 2 est encore de nos jours une abomination, lesquels, sont aussi membres de « Sens commun » une officine De La Manif Pour Tous. Et, justement, ces catholiques traditionnalistes sont venus en masse voter dimanche dernier pour soutenir le candidat qui défend si bien leurs intérêts, culte et opinions. 

Voilà une des raisons qui explique que François Fillon a cassé la baraque dimanche soir en atteignant un score record de 44%.

Pauvre Nicolas, ses adieux étaient émouvants et en beau perdant (…) il a aussitôt rallié le clan de son rival et cela lui a valu les ovations des militants de Fillon et la reconnaissance de son ancien « collaborateur ». Nous voilà rassurés, après tant d’années de chamailleries, de vexations, de coups bas, d’intrigues en tous genres les deux frères ennemis se sont réconciliés… Vraiment, la politique ça m’épate !

J’aurais pensé qu’au constat des résultats du 1er tour Alain Juppé allait jeter l’éponge. Lui, qui depuis des mois était le Favori, l’étoile montante, la coqueluche des médias, celui qui faisait l’unanimité dans les sondages s’est vu, en deux temps et trois mouvements, relégué loin derrière à la deuxième place  recevant du coup une claque magistrale qui a du, je peux bien le croire, le laisser pantois ; c’est à ne rien y comprendre.  

Dans ces conditions, il aurait été naturel qu’il reconnaisse sa défaite et rejoigne les rangs du vainqueur lequel ,sans doute,  pour le remercier, lui aurait offert un poste de tout premier plan dans son futur gouvernement.

Mais voilà, vous connaissez le scénario, celui que Jacques Chirac surnommait affectueusement  «  le Meilleur d’entre nous » en a décidé autrement et l’histoire, au lieu de se terminer dans l’ivresse  collective, continue.

Quelles sont les raisons qui ont décidé Alain Juppé de continuer le combat en prenant le risque d’être isolé et diffamé par sa propre famille politique ?

Même à son âge, les risques d’une guerre ouverte peuvent être lourde de conséquences. On ne badine pas avec l’autorité  du parti sous peine d’être exclu, même, si l’on est un grand Baron des instances dirigeantes. En Catimini, je ne doute pas une seconde qu’on le supplie d’abandonner. ­— « Allez mon Cher Alain sois bon perdant ». «  Accepte le verdict des urnes ! ».  «  Tu auras un  poste clé ! »  « Qui sait, celui de 1er Ministre » (Avouez que cela aurait un certain piment).

Non,  le « Drôle » (enfant turbulent en jargon bordelais) persiste et ne veut rien savoir. Il s’entête même et commence à comprendre que ses « Chers Amis » ne sont pas aussi francs et loyaux qui le prétendent : sa campagne a été sabordée et calomniée. Lui, il a toujours été loyal, droit dans ses bottes. Ses concurrents, il s’est  fait un point d’honneur de les respecter et de les regarder droit dans les yeux, sans  aucune malignité.   

Si certains de ses supposés « camarades » ne sont pas coupables de cette campagne de dénigrements, tous, ont laissé faire.  Aucun secours, aucune réprobation à l’écoute des méchants ragots. Pendant ce temps la rumeur faisait son œuvre…

Pour preuve, son dauphin, Bruno Le Maire, lui a, sans aucun regret, planté un couteau dans le dos en se déclarant le soir même de sa cuisante défaite  « le suppôt » de François Fillon. Bah, le retournement de veste, il connaît. En homme averti, il sait bien que la politique n’est qu’opportunisme et traitrise permanente. La règle d’or : ne jamais prêter le flanc ! Il faut toujours protéger sa garde et être prêt à rendre l’estocade…  Pourtant, lui, (je parle d’Alain Juppé bien sûr) par loyauté a payé pour un autre !  Sa peine, il l’a purgée et il ne doit plus rien à la société.

Désormais, il y voit clair, on s’est joué de lui !  il doit réagir !  Il ira jusqu’au bout et qu’importe les dommages collatéraux… Ses lieutenants, ses supporteurs conscients de sa méprise l’invitent, l’exhortent  à continuer pour défendre ses idées, leurs idées. En fait, tous se rendent compte qu’un gouffre énorme les sépare de la conception qu’a François Fillon de la France de demain.

Qu’elle est leur ADN ?  D’ou vient leur motivation ? 

Lui, François Fillon est un « Souverainiste » !  Il puise ses valeurs dans les vertus de l’ancien régime, des traditions séculaires, de la religion qui censure les pensées, d’un conformisme bourgeois garant de la « bonne société », des bonnes mœurs, de l’éducation et  d’un civisme radical voué aux dogmes et convictions. (Au secours ! L’ordre moral plane sur nous !!!)

Lui, Alain Juppé est un « Orléaniste » ! Symbole du contre pouvoir face à la monarchie absolue. Il puise ses valeurs et convictions dans les idées progressistes du siècle des lumières et des pères fondateurs de la République d’où a éclos la Chartre des droits de l’homme; le concept de la laïcité a alors été en marche et le clergé, a perdu définitivement son pouvoir temporel au profit du Tiers état.

Il manquait plus à ces portraits qu’un « Bonapartiste » mais le  scrutin des urnes l’a mis définitivement au rencart,

L’intérêt de ces apologues (je le répète, purement intuitifs) permet de mieux appréhender les mobiles avérés ou instinctifs à penser ou à agir des individus. Ils fixent un cadre dans lequel apparaît une vérité, une impression, une apparence de traits figeant un caractère, tous propices, à la réflexion et à forger une opinion.

François Fillon est bien inspiré quand il dit qu’il faut réécrire les manuels d’histoire et, pour une fois, je suis bien d’accord avec lui. Encore faut-il que lesdits livres scolaires  enseignent la vérité historique et non une propagande sensée flatter le passé glorieux d’une France hégémonique et souveraine. Savoir qui nous sommes, d’où nous venons est important. Connaître  ce qui nous a construit, ce qui a fait la grandeur de notre Pays mais aussi ce qui nous a déshonoré par nos invasions et occupations de pays qui ont eu tout à craindre de nous. Oui, il faut réécrire l’histoire en assumant nos erreurs. Notre passé est aussi glorieux que tragique, n’ayons pas peur d’écrire la vérité, là, serait notre fierté !

François Fillon est tout à fait libre d’avoir la religion qu’il veut et, bien heureusement, la laïcité lui garantie cette liberté. Cependant, je me demande comment un homme aussi pieux, aussi attaché aux valeurs traditionnelles du catholicisme, peut intellectuellement, voire idéologiquement, s’accommoder de nos principes laïques  qui sont les fondements inébranlables de notre Constitution. Je ne mets pas en cause son honnêteté sur la question mais je m’interroge sur sa capacité à la défendre avec conviction, il y a, là, une ambiguïté de taille qui me dérange profondément. D’autant que les catholiques traditionnalistes fort de leurs soutien à François Fillon espèrent de sa part que leurs voix seront entendues sur les choix sociétals à venir. Ne doit-on pas craindre de voir voler en éclat la laïcité ? A quel degré le clergé sera t’il  le « petit génie » qui insufflera à son oreille un certain Ordre Moral cher à sa Doctrine.

Française, Français, « la laïcité (je cite Wikipédia)  est un idéal  et une loi qui distingue le pouvoir politique des organisations religieuses. Elle est inscrite dans notre Constitution et constitue un des fondements de la république ».  Nous devons absolument  connaître son sentiment véritable sur cette question !

Sur ce sujet, Alain Juppé est droit dans ses bottes ? C’est un chrétien agnostique qui entretient de bons rapports avec les organisations religieuses en général dans le cadre de nos lois et principes laïcs.

Dans les discours de François Fillon la confusion est savamment entretenue : dans le journal le Monde il déclare  que le Pape François dit la même chose que lui en réponse aux propos tenus par Alain Juppé dans le même journal.

Question : François Fillon ne se trompe t’il pas de Pape car le Pape Emérite est effectivement plus proche du rite traditionaliste catholique romain et donc de ses convictions ?

Curieux ! Dans le journal La Croix de cette semaine les Evêques de France contredisent François Fillon en reconnaissant  Alain Juppé plus en phase avec leur analyse sur la société « multiculturelle ».

Alain Juppé peut-il inverser la tendance après, le face à face, de jeudi soir ?

Je l’espère de tout cœur car je pense qu’il est le seul à pouvoir rassembler  une large majorité aux présidentielles de 2017.  Son programme est clair et ses discours sans ambages. Il veut des réformes « équitables » et « modernes ». Il veut un redressement de la France dans la souplesse et non dans la douleur et refuse catégoriquement que ceux qu’on nomme injustement les Français « de la France profonde » ou «  les sans dents » soient davantage paupérisés mais au contraire  aidés pour qu’ils puissent à leur tour vivre de leur travail décemment.

François Fillon propose une TVA à 22% qui est l’impôt le plus injuste pour les classes défavorisées. Il souhaite redonner les allocations familiales aux familles qui ont un haut revenu alors qu’il aurait pu collecter ces fonds au titre d’une solidarité participative pour les reverser aux « sans abris » ou aux retraités qui n’ont que le minimum vieillesse pour vivre.

François Fillon pour relever la France propose un plan d’austérité drastique qu’il est impossible d’appliquer dans le contexte social actuel.  Demain, si il est élu Président, la France sera bloquée de toute part tant la contestation salariale sera grande et ce n’est pas l’emploi de la force qui solutionnera le retour à la paix sociale. Son programme augmentera le sentiment de haine entre les réformateurs et ceux qui pensent qu’ils sont les « dindons de la farce » d’un système politique qui depuis plusieurs décennies les a roulé dans la farine et méprisé.

C’est dans la paix civile et dans l’union que les réformes nécessaires au redressement de la France doivent être entreprises et c’est à mon avis Alain Juppé qui est le plus qualifié pour les faire et les réussir. Plus que quiconque, il a la stature d’un chef d’état et, surtout, il est l’homme du consensus, du dialogue et du bon sens.

Je crains que François Fillon malgré ses grandes qualités d’homme politique ne soit le Président d’une droite clanique qui divisera et creusera plus encore l’écart entre les riches et les pauvres. Déjà, il veut privatiser  la santé et garantir seulement une prise en charge à 100% aux personnes atteintes de maladies chroniques. L’accès aux soins pour tous est un acquis inaliénable et l’Etat doit le faire évoluer et non le faire régresser. La France n’est pas l’Amérique ou l’on doit avoir une assurance privée en règle ou sa carte de crédit sur soi si l’on veut être correctement soigné. Sinon, après les premiers  soins d’urgences c’est la porte.

Mais aussi, le service public, la culture, le financement des régions sont depuis trop longtemps menacés. Des économies OUI mais pas à n’importe quel prix !

Le thatchérisme a mis sur le carreau des millions d’ouvriers Britanniques et, 30 ans après, 30% de la population vit sous le seuil de pauvreté et les jeunes s’ils ne sont pas diplômés n’ont droit qu’à des métiers précaires souvent mal rétribués. Et l’on ose tromper les français en prenant ce pays comme exemple pour son faible taux de chômage ! Voulons-nous d’une société Ultra Libérale où l’individu n’est qu’une marchandise ? Bien sûr que NON !

La France n’est pas une machine, une multinationale que des banquiers ou des actionnaires essorent à leur seul profit. La France est un pays épris de liberté, de fraternité et d’égalité,  dont les citoyens ont aux prix de longues luttes gagné la liberté et le droit de vivre dans la dignité.

Pour finir, François hollande se réjouit du résultat des primaires de la droite et du centre, il ne pouvait espérer mieux. En effet, face à François Fillon, il reprend espoir car il pourra porter haut et fort le drapeau d’une gauche moderne, soucieuse de conserver les acquis sociaux. D’une gauche qui casse le carcan social pour établir une  société plus juste et plus encline à faire évoluer les mentalités.

Si au second tour des présidentielles le duel est entre Fillon / Hollande, le Président en exercice aura toutes les chances de l’emporter car les élections se joueront sur un débat idéologique et non sur un programme économique. Si tel était le cas, la France y perdrait toute  chance de pouvoir être réformée et son déclin s’aggraverait.

Dimanche se décidera le sort  de notre pays pour les 5 ans à venir.

Quoi qu’il en soit allez tous voter !

Gérard Méric-Cadourel

http://meric-cadourel.over-blog.com

 

Print
Repost

Commenter cet article